Viabilité financière

Souvent, les responsables de la mise en œuvre de mHealth doivent décider s'il faut fournir gratuitement l'équipement ou le service en lui-même aux utilisateurs finaux. Certains experts préconisent que les utilisateurs finaux accèdent aux programmes depuis leur propre équipement mobile et payent la communication comme ils le feraient pour d'autres services. Cela permet de s'assurer que les utilisateurs finaux connaissent déjà l'équipement mobile et s'efforcent de le garder. Souvent, les utilisateurs finaux accordent une plus grande valeur à un service s'ils doivent le payer.

D'autres experts pensent que pour optimiser l'adoption et l'accès au programme mHealth, l'équipement et les coûts de fonctionnement associés doivent être subventionnés ou fournis gratuitement. Il est important de prendre en compte les répercussions de ces options sur la viabilité à long terme du projet. Le subventionnement de l'équipement et des frais est peut-être faisable pour un petit projet pilote, mais il peut ne plus être réalisable une fois le projet mise à l'échelle. D'un autre côté, demander aux utilisateurs finaux de payer pour une nouvelle technologie risque de limiter sa portée et son utilisation.

Un sondage de 2012 réalisé auprès de 1 798 répondants issus de pays développés et émergents a évalué leur propension à payer pour les services mHealth. Ce sondage a révélé que les utilisateurs des pays à revenus faibles et intermédiaires étaient généralement plus disposés à payer pour les services mHealth que les utilisateurs des pays à revenus élevés. Dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, 27 pour cent des utilisateurs étaient prêts à payer jusqu'à 1 $ (USD) par an, 33 pour cent des utilisateurs étaient prêts à payer entre 1 et 5 $ (USD) par an et 20 pour cent des utilisateurs étaient prêts à payer plus de 5 $ (USD) par an pour bénéficier des services mHealth (les 20 pour cent restants n'étaient pas disposés à payer). Ces résultats indiquent que les services mHealth seraient en mesure de générer leur propre source de revenus durables.

Le rapport m-Enabled Inclusive Business Models: Applications for Health (modèles économiques inclusifs s’appuyant sur les mobiles : applications dans le domaine de la santé) partage plusieurs études de cas utilisant les mobiles qui présentent des modèles économiques commercialement viables pour servir les communautés à revenus faibles et intermédiaires. Ce rapport permet de mieux comprendre comment servir les populations à faibles revenus de manière à couvrir les frais du programme et à avoir une portée significative, en mettant l'accent sur les meilleures pratiques et en partageant les principes des modèles économiques qui permettent un impact durable avec les bailleurs de fonds et les autres.

Dans une autre publication récente, Sustainable Financing for mHealth (Financement durable pour mHealth), l'Alliance mHealth et Vital Wave Consulting identifient sept facteurs essentiels de réussite pour garantir la viabilité financière des applications mHealth (dont plusieurs recoupent des sujets déjà abordés dans ce guide) :

1.  Connaître les parties prenantes. Pour chaque partie prenante, examinez la taille de l'organisation, si elle fait partie du secteur public ou du secteur privé, s'il s'agit d'une organisation locale ou internationale, s'il s'agit d'un nouveau client ou d'un client régulier et si elle fonctionne à court terme ou à longterme. Ces facteurs détermineront les types de données et de preuve qui vont attirer un partenaire dans le projet et feront la lumière sur les formes de soutien que peut apporter ce partenaire.

2.  Garantir une proposition de valeur pour toutes les parties prenantes. En d'autres termes, comprendre et exprimer les avantages qui vont attirer chacun des partenaires - quels sont les avantages pour eux ?

3.  Planifier un soutien économique à long terme. Anticipez votre source de financement non seulement pour l'étape pilote, mais aussi pour les itérations futures du projet. Qui paie pour ce service - un bailleur de fonds, le ministère, un partenaire du secteur privé ou l'utilisateur final ?

4.  Localiser le modèle économique. Un modèle de programme qui fonctionne bien dans une région peut nécessiter des adaptations pour réussir dans un contexte différent.

5.  Planifier le renforcement des capacités, y compris le S&E. Avoir un plan solide de renforcement des capacités atténuera les craintes des investisseurs potentiels concernant un manque de ressources financières, humaines, temporelles ou autres pour mHealth. Un S&E continu aidera le projet à prouver l'impact sur la santé, les réductions de coûts, l'efficacité du programme et le retour sur investissement pour les partenaires potentiels.

6.  Rester simple. Notamment lorsqu'on collabore avec plusieurs partenaires, limiter la participation de ces partenaires à leurs compétences fondamentales permet de réduire le risque de conflit d'intérêt.

7.  Comprendre les besoins spécifiques en financement des différents types d'application mHealth. Le type d'application mHealth et le stade évolutif de l'intervention mHealth détermineront la nécessité de financement - il peut s'agir de « capitaux de démarrage » pour soutenir le lancement, d'un financement visant à combler les lacunes pour aider au processus de mise à l'échelle, ou d'un financement « d'échelle » pour soutenir les opérations existantes à grande échelle.

CE QUE DISENT LES EXPERTS

« L'approche de [financement du] développement pose le problème des cycles. Les cycles de subvention sur 3 à 5 ans imposent une rotation régulière du personnel et des structures de financement. Il est possible d'y remédier par une importante participation des partenaires à long terme (par exemple, essayez de convaincre le MdS de recruter du personnel pour soutenir les programmes mHealth). » - Isaac Holeman, Medic Mobile